Make your own free website on Tripod.com
Constitution : de la lumière à l'humanité

L'édition papier n'est plus disponible actuellement, mais il y en a une internet que je peux vous envoyer par e-mail.
  
 

Ce travail est une performance rare de par le nombre d’innovations cohérentes dans différents domaines si on s'intéresse à l'histoire de la philosophie, sachant que ces théories ont été testées avant publication selon le barème d'évaluation qui apparaît dans la référence du genre la plus courante : "Conjectures et réfutations" de Karl R. Popper; qui n'est pas la seule à avoir été consultée. Pourtant si je m’appelle Serge l’Eternel, c’est avec la conscience de la faiblesse qui se rapporte à la condition humaine en sa faillibilité. Voici un résumé développé : 
  
   Cet ouvrage est basé sur un système voulu cartésien, qui permet une mise à jour du cartésianisme, et va des sciences de la nature à la législation. Aussi d’un point de vue humaniste ceci pourrait être une réponse à la société actuelle tout en suivant la tradition philosophique ; normalement ceci se veut le plus juste possible pour que chacun soit le plus heureux possible en société. Autrement il ne faut vraiment pas négliger le nouvel horizon spirituel dégagé de nouvelles théories qui peuvent permettre de pouvoir vraiment se tourner vers le futur et ainsi de progresser dignement plutôt que de s’effacer en second plan (cf. Chine et Inde). Même si les théories ici présentes nouvelles ou non ne peuvent pas être applicables sans attendre.

 Le livre 1 traite de Dieu après avoir choisi un système pour le décrire, ainsi sont mises en place les premières considérations qui définissent Dieu en tant que dominateur de l’humanité, puis l’humain est placé dans la hiérarchie animale et considéré relativement à la procréation et à ce qui permet le meilleur développement de son fruit. Ensuite sont développées les principales caractéristiques de Dieu d’après la faiblesse d’un esprit humain, qui serviront à définir le système utilisé. Après de telles considérations théoriques sont exposés les principaux éléments perceptibles par nos sens, tout en les mettant en prolongation des principes précédents.

Le livre 1 bis traite des sciences de la nature en se basant sur le système précédent qui permet une harmonie qui ne se trouve pas entre la mécanique quantique et la relativité générale ; ce que beaucoup de chercheurs essaient d’obtenir. Ce livre est séparé en différents articles expliquant différents phénomènes naturels de manière nouvelle tout en réfutant (ou mettant en doute) certaines théories ; ainsi il est possible de trouver une réfutation du concept de vide absolu, une explication de la lumière à laquelle vient se mêler en deuxième temps une réforme de la langue française, aussi sont proposés de nouveaux fondements pour l’atomistique et la chimie, qui sont suivis d’une interprétation de la radioactivité, de la piézo-électricité, du fonctionnement de l’aimant, du champ magnétique, puis arrive une considération de la structure de la masse aérienne qui tourne avec un astre, qui mène à une explication de la pesanteur (après avoir réfuté l’attraction dans l’article sur la lumière), ensuite vient la formation de l’eau et des marées, enfin on arrive sur certaines considérations au sujet de la vie, ce qui comprend la génétique. En conclusion il est possible de trouver une défense de la réflexion théorique.

 Le livre 2 aborde le sujet de l’évolution de l’âme humaine au cours de la vie en prenant en compte la biologie du corps, la psychologie, et la sociologie. D’abord sont données quelques définitions en rapport avec l’âme ; puis en introduction à son apparition sont considérés le stade prénatal et la naissance ; pour arriver enfin à l’enfance préscolaire pendant laquelle cette apparition se fait, mais l’enfant reste encore surtout tourné vers ses cinq sens qui initialisent son sens logique, aussi cette apparition est posée pour répondre à la complexification du cerveau et de l’ensemble des données qu’il fournit, tout en permettant certaines opérations qui sont analysées. Ensuite est considérée la limite selon laquelle nous pouvons être sûrs des données venant de notre extérieur.
Le stade qui suit est celui de l’enfance scolarisée, aussi l’aspect psychologique commence à être plus amplement développé en prenant en compte l’action des parents, ceci pour prévenir certains maux spécifiques à l’usage de l’âme, qui différent donc par exemple de simples angoisses qu’on peut retrouver chez divers animaux ; ce qui se finit par l’importance de la conception de Dieu relativement à la psychologie.
Le stade suivant est l’adolescence à partir duquel le développement moral commence à devenir plus considérable, ce qui est utile pour accompagner l’instabilité de cette période due au développement des organes sexuels et de la force physique ; aussi sont faites différentes considérations pour accompagner leur éducation, comme au sujet de la perturbation venant d’un sexe sur l’autre, et l’importance d’un organisme tel que la religion est aussi abordée. Ensuite sont considérés des facteurs agissant sur le développement intellectuel, ainsi un certain nombre de remarques médicales sont faites, et l’action d’expériences sociales comme le voyage sont analysées.
Après ceci c’est le tour du stade d’adulte pendant lequel se produit une stabilisation relative du corps, mais le doute qui accompagnait naturellement l’adolescence garde une place, mais plus méthodique, au sein de cette nouvelle période. Aussi la morale devient plus importante car elle accompagne la responsabilisation qu’implique cet âge, ce qui doit mener au bien physique et psychologique en visant le souverain Bien qui n’oublie pas les autres personnes. Ainsi l’intelligence est abordée en tant qu’agissant moralement et immoralement, et l’ébauche d’un ordre social est faite ; après quoi est analysée l’importance de la femme selon ses spécificités pour que la société aille vraiment de l’avant, et l’égalité de droits entre l’homme et la femme est posée, toujours en ayant égard aux spécificités de chaque sexe quand cela semble nécessaire ; suivant quoi le sujet de l’équilibre du couple est abordé. Puis l’analyse sociologique commence à se développer en montrant l’importance de l’intelligence et du niveau moral pour évaluer la valeur sociale d’une personne ; d’abord afin de jalonner les catégories sociales du côté masculin en s’appuyant sur le milieu professionnel et en essayant de mettre les priorités où il faut et non sur les richesses, tout en considérant et analysant la possibilité de changement de catégorie ; puis ceci est aussi fait du côté féminin en considérant la dignité de la femme mais aussi de l’homme en vue du meilleur épanouissement des spécificités de chacun, donc en ayant attention à l’avenir qui ramène à l’équilibre du couple et à la procréation, et non à une compétition stérile à terme. Ensuite la considération de la possibilité de changement de catégorie sociale pour l’homme comme pour la femme, mène relativement au couple à une évolution de compatibilité, qui peut aboutir à la nécessité de séparation. Aussi est analysée l’espérance qu’on peut avoir au sujet du potentiel d’un enfant, après considération de celui des parents selon la complexité des arrangements génétiques et le facteur moral ; sans oublier les facteurs indépendants des parents qui peuvent influencer l’évolution d’un enfant.
Suite à cela arrive la vieillesse avec le déclin qu’elle entraîne, mais c’est une période qui peut aussi apporter une considération nouvelle, surtout pour la femme avec la ménopause qui se produit relativement tôt, car alors son statut peut évoluer dans l’équilibre entre l’homme et la femme et surtout pour les meilleures mères qui peuvent se tourner vers l’éducation féminine si rien ne les en empêche, ceci afin de leur permettre une vieillesse stimulante pendant que cela est encore possible, et de faire profiter la société de ce que personne ne pourrait faire mieux qu’elles ; ce qui peut aussi être considéré pour l’homme relativement à l’éducation masculine, mais ici le changement est moindre. Enfin est traité le problème du legs.
Pour finir ce livre est étudiée la fin de notre vie en ayant attention au devenir de notre âme selon différentes limites.

  S’y trouve une approche pouvant permettre la mise en place d’une thérapie (pouvant être plus que stabilisatrice) pour la schizophrénie entre autres ; ceci selon des problèmes d’un genre de personne où j’ai pu faire des observations qui se reproduisent.

 Le livre 3 est introduit par le fait de savoir pourquoi une morale est à considérer d’un point de vue personnel, relativement à une société, et entre différentes sociétés. Puis sont mis en place les principes d’une morale basée sur l’utile et juste vérité. Enfin sont répertoriés des actes de tous les jours auxquels est appliquée une analyse morale, ceci en partant du fait de penser qui est nécessaire à la conscience morale pour finir par celui de léguer qui marque une continuité, tout en restant assez tolérant sur des points comme la contraception et l’avortement.

 Le livre 4 traite de l’évolution des regroupements humains. D’abord sont considérés les facteurs influençant les types de regroupement ; puis les plus basiques sont répertoriés avant d’arriver à ceux qui peuvent être considérés comme avancés, qui sont les différents types d’Etats ; aussi on peut y trouver la proposition d’une nouvelle forme de république démocratique permettant un meilleur équilibre entre les différentes parties de la population, et un meilleur épanouissement de la famille ; ceci en laissant plus d’ouverture aux femmes que la politique de Rousseau ou de Spinoza, ce qui commence par une considération des droits de la femme qui lui accordent le droit de vote, droit qui permettrait aux femmes de participer directement (ce qui leur donne une importance à chacune en tant que femme au sein de la famille qui semble vraiment considérable) au pouvoir législatif par référendum sans pour autant délaisser l’activité familiale pour la vie politique (sachant que le pouvoir de vote de chaque citoyen ou citoyenne pourrait varier en fonction de facteurs qui sont donnés). En conclusion un rappel est fait du sens des notions de liberté, égalité, et fraternité.

 Enfin il est possible de trouver en addenda quelques éléments relatifs à l’élaboration de ce livre ; dont une étude personnelle du « Discours de la méthode pour bien conduire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences  » de Descartes.
 

Je vous fais part de mes salutations distinguées en vous laissant libre de vos lectures.

 

Serge l’Eternel

Ouvrage : "Constitution : de la lumière à l'humanité" par Serge l'Eternel
 

etoile3.jpg

descartes3.jpg

poire2.jpg

galaxie2.jpg

temps3.jpg

bb3.jpg

bb5.jpg

femme3.jpg

femme5.jpg

hemicycle3.jpg

Pour des questions ou commentaires.
 Contactez moi :
 
ou

chez-moi.jpg